Retour(s) sur investissements

Avis aux planteurs de "parcs" éoliens dans nos campagnes !


Qui est prédateur ?

"Plantez des éoliennes sur vos terres ... Cela peut vous rapporter gros durant des décennies!" clament volontiers les promoteurs de ces capteurs d'Eole auprès des agriculteurs et éleveurs en détresse, sous le prétexte de contribuer activement à sauver l'Humanité mise en péril par nos excès énergivores. Comme s'il n'existait pas d'autres (res)sources renouvelables ! Celles que la plus élémentaire "bonne volonté" développerait sans mal, sur base de réalisations concrétisées de longue date (usine marées-motrice, en France, par exemple) ou d'études en cours depuis des années (les hydroliennes, en mer ou dans les profondeurs d'océans) et maintenues arbitrairement dans la catégorie des "projets à long terme".

 

Leurs "discours" relèvent de la technique de propagande, inadéquate en démocratie où le "vivre- ensemble" doit s'articuler autour d'un consensus (idéalement à l'échelle planétaire).

 

Un seul exemple à l'appui. N'a-t-on pas décrété judicieusement que depuis un parc éolien le regard ne devrait pas croiser la présence d'un autre ? Utopie et poudre aux yeux : constatez comment les parcs (opérationnels depuis des années ou en cours de finalisation) créent un CARCAN de pratiquement 360° autour et sur l'Entité de Seneffe (depuis Pont-à-Celles jusqu'à Feluy et bientôt Nivelles).

 

Ces "bâtisseurs" agissent pour leur seul profit immédiat. Ils trahissent leur totale indifférence à léguer un "monde meilleur" aux générations futures, en saccageant une valeur inestimable, non-renouvelable malheureusement : l'esthétique. Celle d'un environnement contribue pourtant à la qualité de la vie qui y règne.

 

Cette vérité, d'aucuns veulent l'ignorer. Ils se moquent de toute forme d'avenir. Ne comptent, pour eux, que les gains immédiats. Avec le concours indélicat d'autorités qui nous gouvernent ?

 

Adieu veau, vache, cochon, couvée ? Bonjour les parcs de mâts et de palles dans nos campagnes ?

 

L'héritage d'un tel monde sera funeste. Quand la laideur triomphe, toute vie s'éteint.

 

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage ... avant cet ultime souffle !